Celui pour qui jardiner occupe tous ses moments libres est confronté à la même problématique que celui pour qui cuisiner est toute sa vie : le manque d’espace pour ranger tous les outils et le matériel nécessaires à la réalisation de leurs deux passions. Le mordu de petits plats aura sans doute à revoir la conception de sa cuisine, pour le jardinier, il lui faudra, certainement, construire un abri de jardin.

Décider de construire un abri de jardin doit s’aborder comme tout autre projet de construction. Nous allons voir, dans cet article, les règles en matière d’urbanisme à ne pas négliger, les questions à se poser pour élaborer un projet en parfaite adéquation avec vos besoins, l’espace nécessaire, vos capacités à le mettre en œuvre et les différentes étapes de construction.

Notre objectif est de vous amener à concevoir un abri de jardin que vous pourrez réaliser par vous même et dont vous serez fiers une fois le travail fini.

Il est nécessaire, avant de vous lancer, de bien appréhender les règlements applicables en la matière.

Rappel des règles d’urbanisme applicables en matière de construction

En fonction de la surface qui vous sera nécessaire, vous aurez peut-être à faire une simple déclaration de travaux en Mairie ou une demande permis de construire.

En fait, il existe trois cas de figure :

  • Si votre projet est la construction d’un petit cabanon d’une superficie inférieure à 5 m2, vous n’aurez aucune autorisation à demander pour sa construction. Ce n’est qu’au-delà de cette surface que vous devrez obtenir l’aval des autorités compétentes.
  • Pour un abri de jardin dont la surface sera comprise entre 5 m2 et 20 m2, vous aurez obligation de faire une déclaration préalable de travaux en Mairie pour obtenir l’aval de l’administration. (Formulaire Cerfa n°13703*06)
  • Pour la construction d’un abri de jardin dont la surface dépassera 20 m2, vous devrez obligatoirement faire une demande de permis de construire. (Formulaire Cerfa n°13406*06)

Il est, aussi, important de noter que même si, généralement, le choix des matériaux n’entre pas en ligne de compte ici, certaines municipalités imposent l’utilisation de certains matériaux pour la toiture, par exemple, l’ardoise en Bretagne, certaines tuiles ailleurs. La nature et l’ampleur du projet entrent, bien sûr, en ligne de compte.

De l’importance de bien penser son projet de construction d’un abri de jardin

Comme pour tout projet, il est important de prendre son temps avant de se lancer dans les travaux à proprement parler. Vous le savez déjà, la bonne organisation d’un jardin est primordiale, la construction de l’abri de jardin qui viendra y prendre place doit s’inscrire dans l’ensemble au même titre que pourraient l’être l’aménagement d’une terrasse ou l’installation d’un bassin.

La première question que vous devez vous poser est pourquoi avez-vous besoin d’un abri de jardin ? Ensuite, est-ce seulement pour y ranger vos outils et tout le matériel nécessaire à son entretien comme la tondeuse par exemple ? Avez-vous l’intention d’y créer un atelier ? Sera-t-il le lieu où vous rangerez vos plantes sensibles à la rigueur hivernale ? Où vous ferez pousser vos plants ? Toutes ces questions vont vous permettre de circonscrire l’ampleur du projet en termes de surface, mais aussi de matériaux.

Pour information :

  • Un abri ayant une surface inférieure à 5 m2 permet de stocker une tondeuse et des outils.
  • Un abri de jardin d’une surface entre 5 m2 et 20 m2 permet d’y prévoir un atelier.
  • Au-delà de 20 m2, l’installation d’un bureau ou toute autre pièce à vivre.

Elles vous permettront, également, d’opter pour une solution en kit ou de décider de vous lancer dans une construction de A à Z.

Bien choisir l’emplacement de votre futur abri de jardin

Le choix de l’emplacement est important, car votre abri de jardin ne doit pas prendre plus de place que nécessaire et il ne doit pas déséquilibrer et mettre à mal l’harmonie du jardin que vous avez mis tant de temps à concevoir.

Vous devez aussi prendre en compte sa future proximité avec une arrivée d’eau et son alimentation en électricité.

En parlant d’eau, si vous avez déjà ou si vous décidez d’installer un collecteur d’eau pluviale, il vous faudra l’intégrer projet.

Faire un plan de votre abri de jardin

Maintenant que vous savez à quoi va vous servir votre abri de jardin, que vous connaissez son futur emplacement vous allez pouvoir en définir sa surface utile.

Une fois celle-ci déterminée, nous vous conseillons si vous avez décidé de le construire vous-même d’en faire le plan. Une vue de haut, de face et de profil vous seront très utiles pour les étapes suivantes et confirmer que l’abri de jardin projeté répondra bien à vos besoins, s’accordera parfaitement à l’existant et prévoir les travaux annexes nécessaires comme l’élagage d’arbres présents à proximité, par exemple.

Avant de vous lancer dans les travaux de terrassement nécessaires à la pose (si vous avez opté pour un modèle en kit disponible dans le commerce) ou à la construction de votre abri de jardin, vous devez choisir les matériaux nécessaires. Plusieurs options s’offrent à vous.

Le bois qui présente plusieurs avantages :

  • Sa facilité de mise en œuvre,
  • Ses vertus écologiques,
  • Son attrait esthétique.
  • Le panel d’essences disponibles :
  • Le pin naturel, très bon marché, mais qui nécessite un entretien régulier
  • Le sapin, plus résistant et ne nécessitant quasiment pas de traitement
  • L’épicéa, une espèce résistante et bon marché
  • Le cèdre, naturellement imputrescible
  • Le bois autoclave, un bois, du pin ou de l’épicéa généralement, ayant bénéficié d’un traitement qui lui permet de réduire ses besoins en matière d’entretien.

La tôle ondulée qui est parfaitement adaptée aux petits abris de jardin de moins de 5 m2, mais qui souffre d’un aspect pas très esthétique même si sa facilité d’entretien surclasse nombre de ses concurrents.

Le PVC, qui, aujourd’hui, est traité pour résister aux différents climats et aux rayons UV et ainsi éviter sa décoloration. Les deux avantages principaux sont son étanchéité et sa grande résistance aux chocs.

Les parpaings si vous envisagez un abri de jardin d’assez grande envergure et résistant dans le temps. Attention toutefois, car construire un abri en dur nécessite des connaissances sérieuses dans quasiment tous les corps de métier du bâtiment et la fiabilité comme la durabilité a un coût !

La préparation de votre terrain

L’aménagement de votre terrain est l’étape incontournable avant la construction de votre abri de jardin. Vous allez devoir nettoyer l’espace prévu, mettre à niveau le terrain, par exemple.

  • Comme pour bâtir une nouvelle terrasse, vous allez déjà devoir délimiter l’emplacement de votre abri avec des piquets reliés par des cordeaux.
  • Il va vous falloir, ensuite, ameublir la terre avec un motoculteur.
  • Prévoir un décaissé de 15 cm.
  • Retirer toute la végétation, les racines et les pierres.
  • Finir en tassant le sol avec un rouleau.

Les fondations de votre abri de jardin

Quel que soit le matériau que vous avez choisi, couler une dalle en béton est la meilleure option pour assurer la stabilité de l’ensemble.

Votre sol étant prêt, vous allez installer un coffrage en bois tout autour. N’oubliez pas d’installer la gaine qui permettra d’acheminer l’électricité.

Vous allez ensuite déposer au fond des bandes de polyane, un film qui permet de bloquer les remontées d’eau par capillarité et disposer, sur des briquettes, pour ne pas qu’il coule au moment du coulage de béton, un treillis de métal soudé.

Il ne vous reste plus qu’à couler le béton  et à laisser sécher pendant 3-4 jours.

Vous l’aurez compris, ces opérations sont à réaliser par beau temps.

Vous avez décidé de construire un abri de jardin en bois

Vous allez devoir réaliser, sur la dalle en béton, une semelle d’assise sur laquelle s’aligneront et seront fixés les côtés de la structure tout en assurant leur parfaite mise à niveau. Le mieux est d’utiliser une lambourde de section 35 x70 entourée de feutre bitumé maintenu par des clous galvanisés. Cette semelle est ancrée dans la dalle de béton grâce à des goujons.

Il est préférable de commencer par tout monter avant, les murs, leur bardage et les ouvertures ainsi que la structure de la charpente du toit. Ensuite vous pourrez monter les murs sur la semelle, la charpente et finir par le revêtement de la toiture plus facilement.

Vous avez décidé de monter un abri de jardin en tôles

Vous allez procéder de la même manière que pour la construction en bois. La différence étant que vous monterez les murs nus, c’est à dire juste l’ossature en bois, vous y fixerez les tôles en dernier, une fois la structure achevée. Vous finirez par la pose de la toiture qui peut-être d’un matériau différent. Nous vous rappelons que ce type d’abri de jardin est surtout dédié aux petits espaces de moins de 5 m2.

Vous avez décidé de monter un abri de jardin en parpaings

Ici, couler une dalle en béton n’est pas une option. Vous trouverez sur les différents sites internet des grandes enseignes de bricolage toutes les informations nécessaires pour monter les murs et les pignons, poser les linteaux pour les ouvertures et enfin monter la charpente et poser la toiture. Comme nous vous le précisions plus haut, bâtir un abri de jardin en dur nécessite des compétences certaines en maçonnerie. Loin de nous la volonté de vouloir vous en dissuader, mais il est parfois plus prudent de faire appel à des professionnels, ne serait-ce que pour recueillir auprès d’eux de précieux conseils. Ce choix de type de construction étant souvent lié au désir de bâtir un espace dépassant le simple souhait de disposer d’un abri de jardin, le projet s’apparente souvent à celui qui consisterait à bâtir une maison ou une dépendance. Ne prenez pas le risque d’être dépassé par toutes les étapes à mettre en œuvre pour aboutir au résultat final.

La toiture de votre abri de jardin

En matière de couverture de votre abri de jardin, il existe de nombreuses options plus ou moins adaptées, plus ou moins onéreuses.

Le choix du revêtement doit prendre en compte deux paramètres, le premier, le plus important, il doit assurer la solidité de l’ensemble en le protégeant de toute humidité, le second d’ordre esthétique (sous réserve de certaines contraintes locales vues plus haut).

Toutes ont des modes de poses différentes, par cloutage, collage, chauffage ou agrafage, certains nécessitant même des systèmes d’attache spécifiques.

  • Le bitume ou plutôt le feutre bitumé

Il existe plusieurs sortes de feutre bitumé, la qualité est, ici, très importante pour garantir une très bonne imperméabilité. Le Roofing même s’il est très économique est à éviter. Préférez-lui le Shingle dont les bandes de feutres sont renforcées avec de la fibre de verre. De plus, ce dernier est très esthétique, une fois posé, votre toiture ressemblera à un toit en ardoises, avec un choix de couleurs qui va du gris au rouge en passant par le jaune et le vert.

Il est facile à poser avec des agrafes ou des clous. Il reste, enfin, très économique.

Une gamme au-dessus, vous avez la tuile bitumée, très esthétique (tout le monde croira que votre abri est chapeauté d’un « vrai » toit), très étanche et isolante phonétiquement. Le prix, vous l’aurez compris, en est un peu plus élevé.

  • L’EPDM

C’est une membrane très résistante, très étanche, durable et recyclable. Elle est légère et se pose sur tout type de support par lestage, collage ou de manière mécanique. Elle s’utilise sur toit plat.

  • Les imitations Tuiles

Elles sont plus légères que le shingle et certains modèles ressemblent à s’y méprendre à de véritables tuiles. Elles sont faciles à installer à l’aide de vis et présentent à la fois une bonne capacité d’étanchéité ainsi que des propriétés d’isolation phonique et thermique. Deux bémols, sa décoloration au fil du temps et sa faible résistance aux vents forts.

  • Les panneaux de métal

Ils sont très légers et peu couteux. Même s’ils peuvent être colorés et formés pour ressembler au toit en tuiles, comme la tôle ondulée, ils ne sont pas très esthétiques.

Le plus de cette solution est sa capacité d’étanchéité qui est très importante.

  • Les panneaux polycarbonate ou PVC

Ce sont des panneaux transparents qui peuvent faire de votre abri de jardin une serre. Relativement peu couteux, traités anti UV ils ont une durée de vie très longue. Il est à noter que rares sont les abris vendus en kit qui sont adaptés à la pose de ce type de revêtement, si vous avez choisi cette solution, il vous faudra effectuer les modifications nécessaires.

  • Les tuiles

Les « vraies » tuiles sont, bien évidemment, incomparables tant en termes d’esthétique que de durée de vie. Pour en supporter le poids, il vous faudra prévoir la structure en conséquence. C’est ce qui explique pourquoi les abris de jardins disponibles en kit ne permettent pas ce type de couverture. C’est aussi la solution la plus onéreuse.

Comme nous venons d’aborder les solutions de couvertures possibles pour votre abri de jardin, n’oubliez pas d’ajouter des gouttières pour récupérer l’eau de pluie ! Avez-vous pensé à intégrer votre collecteur d’eau pluviale?

Nous pourrions, maintenant, aborder le matériel qui vous sera nécessaire pour construire votre abri de jardin, mais là n’était pas le propos de cet article. Le dernier conseil que nous pouvons vous donner est, en fonction de vos moyens financiers, de privilégier des matériaux de bonne qualité, durables dans le temps, et de ne pas trop vite vous détourner des modèles proposés en kit, certains permettent d’envisager des projets plus audacieux, car plus faciles à monter qu’à concevoir de son propre chef.