Si vous disposez d’un petit espace, une cour par exemple ou un terrain exigu, vous serez sans doute intéressés d’apprendre qu’en France plus de 7 personnes sur 10 disposent d’un jardin et que 40% des parcelles font moins de 250 m2. Vous n’êtes donc pas tout seul à vous poser la question de l’aménagement d’un petit jardin et surtout de la manière d’optimiser les mètres carrés qui sont à votre disposition. En effet, on a souvent tendance à penser que, malheureusement, dans un petit espace, le choix est vite limité. Nous allons tenter de vous démonter que, contrairement aux idées reçues, la création d’un petit jardin nécessite une réflexion en tout point comparable à celle d’un jardin de dimension plus importante, mais qu’elle mettra à contribution une des plus belles facultés humaines : l’imagination.

Nous vous démontrerons que, quelle que soit sa surface, vous pourrez lui donner le style dont vous rêvez. Quelques règles simples vous permettront de réaliser un jardin à la française ou à l’anglaise, contemporain ou d’inspiration japonaise.

Dans un premier temps nous allons parler de la prise en compte de votre espace disponible et de la manière de mettre à profit l’existant, nous vous donnerons quelques astuces pour, visuellement, gagner des mètres carrés. Nous passerons ensuite en revue les différents types de végétaux qui sauront s’acclimater à votre espace que nous accompagnerons de quelques conseils pour éviter certains pièges qui, dans la durée, pourraient contrarier l’équilibre recherché.

La prise en compte de l’espace disponible pour votre futur jardin

Nous allons déjà oublier cette idée préconçue qui consiste à croire que l’on ne peut rien faire d’intéressant dans un petit espace. D’ailleurs, vous allez devoir procéder exactement de la même manière pour la création de votre « petit » jardin que votre voisin qui lui dispose d’une parcelle beaucoup plus grande. En effet, comme dans tout projet d’aménagement, la première chose à faire est de vous munir d’un mètre roulant et de relever les mensurations exactes mises à votre disposition. Vous les reporterez ensuite sur une feuille de papier à l’échèle 1/10e, c’est-à-dire 1 cm pour 1m.

Vous allez aussi reporter sur ce croquis tous les éléments présents avec lesquels vous allez devoir composer (les murs, le bâtit comme un cagibi en dur, un puits, une porte, etc.).

Le but, ici, est vraiment de pouvoir tirer parti du moindre élément, c’est sans doute là que réside toute la différence en matière de réflexion entre votre voisin et vous : vous allez devoir être malin.

Un autre aspect qui différencie votre projet de création d’un jardin dans un petit espace par rapport aux autres bénéficiant d’une plus grande surface, réside dans la nécessité de lui trouver en plus du style, une fonction. En effet, vous ne ferez pas les mêmes choix si vous décidez que celui-ci aura uniquement une fonction ornementale ou sera aussi un espace dédié à recevoir vos proches. Dites-vous bien que si vous avez réussi à faire tenir une cuisine et une salle à manger dans 30 m2 à l’intérieur de votre maison ou de votre appartement en rez-de-jardin, vous y arriverez sans problème dans votre jardin.

Laissez libre cours à votre imagination

Comme nous venons de le voir, votre première priorité est la prise en compte de l’existant et de la manière de l’optimiser. Maintenant c’est le moment de vous munir de crayons de couleur et de commencer à reporter sur le papier votre projet en tenant compte de quelques règles simples.

La perspective

Ici, beaucoup plus qu’ailleurs, vous allez devoir créer de la profondeur. En partant de l’accès donnant sur le jardin il va vous falloir décider de l’emplacement d’un point de fuite qui donnera l’impression que le jardin continue bien au-delà du mur qui se trouve au fond, par exemple. Ce n’est pas très difficile, une plante, un objet, une fontaine suffira à attirer l’œil et ainsi à créer l’illusion.

Le blanc est votre allié

Toujours avec le même objectif de donner une impression d’espace, l’utilisation du blanc sur les murs d’enceinte ou le cabanon existant, par exemple, permettra contrairement à la pierre apparente ou à d’autres couleurs plus foncées de tromper la perception des limites du terrain.

Scénographie des déplacements

Ce n’est pas parce que vous avez un petit espace à aménager que vous ne pouvez pas organiser les déplacements dans celui-ci. C’est, sans doute, même tout le contraire. C’est à vous qu’il appartient de ne rien laisser au hasard et la manière dont vos invités découvriront votre écrin de verdure que vous aurez agencé de A à Z ne doit pas se faire dans tous les sens, c’est ce que vous voulez montrer et comment vous voulez le montrer qui doit nourrir votre réflexion. Dites-vous qu’un jardin est comme une toile de maître, vous devez avoir une vue d’ensemble de l’œuvre avant de vous intéresser aux détails, pas n’importe lesquels ceux que vous aurez mis en scène pour ne pas révéler ceux que vous voulez cacher.

Jouez avec l’espace

Plus l’espace disponible est réduit, plus vous allez devoir jouer avec lui. Nous avons vu comment donner l’illusion de profondeur en créant une ou des perspectives que vous accentuerez, comme pour un jardin plus important, en agençant les végétaux en conséquence (des plus petits aux plus hauts vers le fond), mais aussi en organisant les déplacements, vous ne devez pas négliger les effets de reliefs non plus. En effet, jouer avec différents niveaux permet de fractionner l’espace et de donner du dynamisme à l’ensemble. Monter une marche, en descendre deux autres participe à la perception de la verticalité. Vous pourrez aussi parfaire celle-ci avec l’utilisation de bambous, par exemple, qui attireront le regard vers le haut et non vers le sol uniquement.

Évitez de poser des lattes de bois ou un pavement de manière rectiligne, la diagonale est préférable, car elle évite les effets d’échelle qui ont tendance à trop marquer l’espace et donc ses limites.

Pelouse interdite

Autant la pelouse est pratique et visuellement intéressante dans un grand jardin, autant dans un petit elle est à bannir. Plus votre sol sera clair, plus il mettra en valeur les végétaux, bien sûr, mais gommera tout risque d’un effet « ramassé sur lui ». Préférez-lui un gravier très clair ou du bois clair également.

Savoir utiliser ce qui est au-delà de votre jardin

Pour terminer cette partie consacrée aux idées pour créer une sensation spatiale plus importante, il faut que vous preniez le temps d’intégrer dans votre mise en scène non seulement, comme nous l’avons vu, l’existant sur votre terrain, mais aussi ce qui se situe en dehors de celui-ci. Si vous avez la chance d’avoir des arbres derrière vos murs, il vous suffira de végétaliser ces derniers pour qu’ils disparaissent le plus possible et que ces arbres se révèlent comme faisant partie intégrante de votre jardin. S’il s’agit de bâtiments pas très beaux et si vous avez du vis-à-vis, vous devrez jouer ici aussi avec les végétaux ou utiliser un subterfuge qui consistera à dévier le regard vers un autre point de vue dans le jardin, une fontaine ou un petit bassin, ce sera parfait pour ça ! Par contre, n’oubliez pas de prévoir l’électricité pour faire fonctionner la pompe (en cas d’oubli, il existe dans le commerce des pompes qui fonctionnent à l’énergie solaire).

Faites de vos plantes des alliés

 Nous parlions des arbres à l’extérieur de votre terrain, un arbre au centre de celui-ci n’est pas forcément un atout, surtout s’il est imposant. En effet, l’ombre portée, par exemple, peut contrarier le développement des végétaux que vous allez planter. On en revient au paragraphe qui préconisait de faire autant que possible avec l’existant, parfois ce n’est pas possible.

Mais partons du principe que vous n’aurez pas à faire face à ce cas de conscience.

Contrairement à ce que vous feriez si vous aviez beaucoup d’espace, c’est à dire planter les végétaux côte à côte, ici vous avez intérêt à les planter plutôt, comme dans la nature, les unes dans les autres et de façon étagée. Sous les arbustes vous pouvez, par exemple, planter des bulbes, des plantes vivaces de tailles moyennes, vous en trouverez un large choix en jardinerie.

Une erreur à ne pas commettre

Ce n’est pas parce que votre parcelle est petite que vous devez planter des plantes petites. Nous l’avons vu, l’architecture de votre futur jardin repose sur le fait de le charpenter pour créer une illusion de profondeur et d’espace plus grand qu’il n’est en réalité. Si vous ne prenez que des petites plantes, vous allez tout remettre au même niveau, vous allez créer de l’horizontalité ce qui n’est pas du tout l’effet recherché.

Commençons par les murs

Sans doute avez-vous pensé aux murs végétalisés pour habiller vos murs. C’est vrai qu’il en existe de très beaux. Peut-être le savez-vous déjà, mais l’installation d’un mur végétalisé est très complexe et demande des compétences techniques qui en rendent le prix très important. Nous préférons vous proposer une solution beaucoup plus simple : utiliser des plantes grimpantes.

Les plantes grimpantes présentent un avantage de taille quand on manque de place, elles occupent un espace réduit au sol. Certaines se débrouillent très bien toutes seules pour s’accrocher au mur comme le lierre ou la vigne vierge, d’autres ont besoin d’un peu d’aide comme les clématites, les hortensias grimpants, les rosiers grimpants, les akebia ou le chèvrefeuille. L’intérêt est de mixer le tout ce qui vous permettra d’avoir une belle végétalisation et des floraisons pendant presque toute l’année.

Quand il est encore question d’arbres

Si vous tenez à planter des arbres, avec toutes les réserves exprimées plus haut, choisissez, par exemple, les érables du Japon qui présentent l’avantage de rester petit (selon la variété de 80 cm à 3m), et d’avoir un feuillage qui change de couleur dans des tonalités qui vont du vert au pourpre, du jaune au rouge.

Des arbustes qui se taillent

Préférez des variétés compactes comme le berbéris, un arbuste à épines qui vous permettra de créer une petite haie sans trop de difficulté couverte de fleurs au printemps et de jolies baies en automne. Le pittosporum est aussi très intéressant pour sa couleur vert brillant et ses fleurs très parfumées et la possibilité de pousser en pot (dans les régions froides, il est préférable de le rentrer ou de le couvrir en hiver). Ne pas oublier, bien sûr, les viornes couvertes de boules blanches au printemps et parées d’un feuillage automnal brun-rouge. Nous sommes sûrs que vous trouverez de nombreux autres arbustes en jardinerie qui sauront donner, en fonction de leur hauteur et largeur respectives, ornementer à merveille l’entre-deux de votre jardin. Vous l’avez compris, nous nous avançons vers la maison.

Petit rappel avant de continuer

Même s’il est difficile de composer dans un petit espace avec autant de souplesse que dans un grand jardin, vous devez essayer de sélectionner des plantes en tenant compte de l’exposition du jardin, son ensoleillement ou pas, s’il est ouvert au vent ou protégé, de la nature du sol, du climat, etc. Vous devez aussi, c’est là où il va falloir être astucieux, planter des végétaux qui vous garantiront un aspect toujours aussi attrayant tout au long de l’année. En termes de feuillage, on ne peut pas sélectionner uniquement des feuillages persistants, mais on peut organiser les choses pour ne pas se retrouver en hiver avec un jardin ressemblant à du petit bois. Un jardin bien pensé se doit d’être fleuri toute l’année, vous pourrez trouver en jardinerie des plantes qui vous permettront de profiter de fleurs même en plein hiver.

On ne peut pas, non plus, planter tout et n’importe quoi, surtout dans un petit jardin où l’espace est compté. C’est sans doute l’une des choses les plus difficiles à faire, c’est aussi pour ça que le fait de coucher sur papier votre projet est important. Car pour chaque plante que vous sélectionnez, reportez sur celui-ci sa largeur, faut-il préciser à l’âge adulte ?

Petit jardin ne veut pas dire absence de massifs fleuris

En effet, maintenant que nous sommes arrivés devant la maison, ce n’est pas une raison pour ne pas créer des massifs de fleurs, c’est aussi ici que vous pourrez vous réservez un espace pour y planter vos plantes aromatiques.

N’hésitez pas à créer, ici aussi, des massifs sur différents niveaux, n’oubliez pas votre objectif de donner à l’ensemble de la profondeur et une impression d’espace. Alternez aussi les hauteurs des plantes que vous y planterez. Les cosmos, les pétunias, les gazenias, les géraniums ne sont que quelques exemples parmi d’autres. Ici aussi, veillez à harmoniser le tout pour avoir une floraison tout au long de l’année.

Volontairement, nous n’avons pas choisi de taille de jardin dans cet article, car finalement celle-ci est très subjective. Entre la ville et la campagne, cette notion de petit jardin n’est pas du tout la même. De nombreux exemples sur le net montrent de très belles réalisations dans des grandes villes avec des surfaces inférieures à 50 m2. Nous n’avons pas voulu, non plus, préconiser un style de jardin par rapport à un autre, car, même si certains conviennent mieux, ce qui est important c’est que ce jardin soit le vôtre, à l’image que vous vous en faites. De plus, le nombre impressionnant de combinaisons végétales offertes, aujourd’hui, par les pépinières et autres jardineries permettent toutes les audaces même celles qui, de prime abord, pourraient paraître improbables. Le tout étant de respecter au mieux le précepte de départ qui est de tout mettre en œuvre pour que votre petit jardin soit le plus agréable et visuellement le plus grand possible.